9782747039161FSBlack Out

SELZNICK, Brian

Bayard Jeunesse, 2012, 636 p.

ISBN : 978-2-7470-3916-1

16,90€

1977. Ben Wilson vit avec son oncle et sa tante depuis la mort de sa mère. Sourd d'une oreille, le jeune garçon fait toutes les nuits le même cauchemar : il est poursuivi par des loups sur une plaine recouverte de neige. Par un soir d'orage, caché dans son ancienne maison, Ben découvre un livre sur les cabinets de curiosités des musées. A l'intérieur du livre se trouve une dédicace, "Pour Danny, de tout mon coeur, M." et un marque-page avec l'adresse d'une librairie à New York. Et si "Danny" était ce père qu'il n'a jamais connu et dont sa mère ne lui a jamais parlé ? Décidé à découvrir la vérité, Ben embarque pour New York...

1927. Rose, 10 ans, sourde et muette, vit recluse dans sa maison. Ses parents, démunis face à son handicap, ont peur qu'il lui arrive un accident. Un jour, Rose parvient à sortir en cachette. Elle se rend à New York et assiste à la projection de "La fille de l'orage". La jeune fille n' a plus qu'une envie, découvrir le monde.

Black Out est un roman graphique. Selznick nous raconte l'histoire de Ben avec des mots, celle de Rose avec des images.

On comprend tout de suite que les deux histoires vont se rejoindre, que les personnages sont liés mais on ne sait pas comment. Ont-ils un lien de parenté ? Ben va-t-il rencontrer Rose ou seulement en entendre parler ? Des tas de questions me sont venues en tête pendant la lecture, jamais celle qui m'a fait tout comprendre avant le dénouement.

Comme dans Hugo Cabret, les dessins sont en noir et blanc, très beaux et expressifs. Les mots n'ont plus aucune importance tant les illustrations de l'auteur sont vivantes. Lentement, à travers les mots ou les images, on suit ces deux personnages "différents". Ils se ressemblent beaucoup. Ben et Rose ne vivent pas leur surdité comme un handicap et ont des difficultés à comprendre les réactions des gens autour d'eux. Ils grandissent à travers le regard des autres et les rencontres semées sur leur chemin.

Les personnages secondaires ont tous un rôle important que l'on ne devine pas d'avance. On apprend qui ils sont en même temps que les protagonistes. Le musée où se passe une grande partie de l'intrigue devient lui aussi un personnage à part entière qui détient de nombreux secrets qu'il ne révèle que partiellement.

L'écriture est fluide. L'alternance entre textes et dessins donne un rythme particulier et très agréable à la lecture.

Un très bon roman !